Les contributions déposées

Retrouvez ci-dessous les différentes contributions déposées. Vous avez la possibilité de les filtrer en cliquant sur les boutons en première ligne. Chacune de ces idées peuvent être commentées : n’hésitez pas à rebondir et apporter des précisions ou nuances aux contributions !

Concertation des professionnels de la communication visuelle et de la signalétique

N°89

|

Proposée par GUIAVARCH Alain

|

Le mercredi 15 septembre 2021 à 18h28

Madame, Monsieur,
je dirige une agence de communication visuelle depuis 16 ans basée sur le bassin rennais. Rennes Métropole a d'ailleurs largement contribué au développement de ma société (démarrage en Espace Entreprises Les Laurentines à La Chapelle des Fougeretz de 2005 à 2008 ou encore plus récemment par l'attribution d'une aide à la relance économique Covid-19).
Je constate malgré moi depuis de nombreuses années que les acteurs de la communication que je représente ne sont pas forcément consultés sur l'élaboration du RLPI et nous voyons trop souvent des incohérences suivant les interlocuteurs : représentants du Ministère de la Culture et de la communication, Architectes des Bâtiments de France, représentants de la DDTM ou de Rennes Métropole au service droit des sols, coloristes conseils.
Ce mail pour vous informer que je suis tout à fait disposé avec mon équipe (graphistes, commercial terrain) à vous faire part de notre retour d'expériences sur ces sujets afin de donner une plus grande résonance, à la fois professionnelle et citoyenne, aux enjeux qui s'ouvrent à nous par l'élaboration de ce nouveau RLPI. Restant à votre disposition.
Alain GUIAVARCH - Dirigeant de l'agence Hémisphère 4 - Tél : 06 25 35 92 77

IL FAUT PROSCRIRE LES ECRANS LUMINEUX

N°88

|

Proposée par Mr Christophe HENRY

|

Le jeudi 9 septembre 2021 à 17h45

Je rejoins les propos de nombreuses autres contributions. Plus nous sommes nombreux et plus la chance d'être entendu augmente je l'espère. Il faut proscrire tous les écrans lumineux, animés ou non, sur le territoire de la Métropole, y compris dans les vitrines. La planète meurt de l'excès de consommation d'énergie. Tous ces écrans constituent un gaspillage de ressources, des métaux rares par exemple, alors que les pénuries s'accroissent. Tous ces écrans sont importés et contribuent au déficit commercial déjà important. Beaucoup de ces panneaux sont installés à proximité d'arbres et buissons qui servent de logement à des espèces sauvages en grande difficulté déjà : encore une nuisance de plus, avec le bruit de nombreux haut-parleurs extérieurs (qui devraient eux aussi être interdits), pour pourrir la vie de la faune sauvage en ville. Enfin, comme noté par d'autres contributeurs également, ces panneaux sont dangereux en terme de sécurité routière, puisqu'ils encouragent les automobilistes à ne pas regarder devant eux : le jour où un enfant sera écrasé en traversant un passage piéton ou un vélo renversé...Autorisons la publicité sur affiche papier seulement. On a très bien su se passer d'écrans publicitaires pendant des décennies...et le commerce ne s'en portait pas plus mal !

très limité

N°87

|

Proposée par jaouen

|

Le mardi 7 septembre 2021 à 18h41

J'aime bien les affiches qui sont mis avene francois chateau. moins agressif que des pub.
Je trouve cependant que pour les évènements type festival, concerts, ND4J... c'est bien d'avoir le moyen de le dire
Et pour les ouvertures de nouveaux magasins aussi. Mais trop de pub, c'est lourd et fatiguant visuellement, ca donne envie d'acheter et de manger des choses dont on a pas besoin, et qui ne sont bon ni pour notre santé, notre porte monnaie et l'environnement. En plus, p'est contre l'objectif de reduction des déchets que s'est fixé la ville.

Attention au vélo

N°86

|

Proposée par M. Louis

|

Le mardi 7 septembre 2021 à 13h57

Outre la pollution visuelle et mentale, les panneaux publicitaires ont de multiples petits inconvénients. Par exemple leur contenu doit être renouvelé régulièrement, ce qui nécessite l'intervention d'un technicien en camionnette qui évidemment se gare ... sur la piste cyclable et/ou sur le trottoir, ce qui dangereux et donc totalement interdit.
Par ailleurs, je suggère que les immenses panneaux du boulevard Villebois Mareuil adressent des messages en faveur des mobilités actives du genre "Vous n'êtes pas coincé dans le bouchon. Vous êtes le bouchon." Le lieu s'y prête particulièrement.

Il y en a trop

N°85

|

Proposée par Rig 35

|

Le mardi 7 septembre 2021 à 12h13

Tout territoire devrait dégraisser les différentes formes de publicité.
C'est une pollution visuelle fatiguante.
C'est aussi une pollution énergétique. Eteignons tout cela.
Non aux bonjours, bienvenues, dermat qui longent les voies d'accés aux enseignes. Un arbre apaise plus et ne donne pas envie de fuir ce monde de consommation au matraquage nocif.

Contribution de l'Union du Commerce du Pays de Rennes

N°84

|

Proposée par Union du Commerce du Pays de Rennes

|

Le lundi 6 septembre 2021 à 17h29

Veuillez trouver ci joint notre contribution au projet de RLPI de Rennes Métropole.

Que de panneaux publicitaires et d'enseigne aux entrées de ville

N°83

|

Proposée par frederic Maymil

|

Le vendredi 3 septembre 2021 à 14h16

Disions que le titre est explicite ?
En effet, aux entrée de ville (Lorient et St-Malo), celle que je fréquente le plus. Il y a une orgie de panneau de pub et d'enseigne...
C'est laid. Ceci ne donne pas une bonne image de la ville.

Le retour des publicités faites par des pignonistes

N°82

|

Proposée par Anonyme

|

Le jeudi 2 septembre 2021 à 14h19

Le rlpi pourrait réserver certains emplacements, ou bien encourager le recours aux publicités murales.
La peinture sur pignon est historiquement pratiquée au cours du XXe siècle en France.
Il demeure certains vestiges dispersées dans les quartiers de Rennes, notamment au pont ferroviaire situé Rue de Lorient. Le plus emblématique ayant disparue, place saint-anne "dubo, dubon, dubonnet".
Il serait donc judicieux de compléter les cannux plus récents, par cet ancien système publicitaire qui a été pratiqué dans bons nombres de ville de l'ouest.
Il serait, la encore, intéressant de prévoir des dimensions écologiques dans la peinture employée.
Autre avantage, il est identitaire et souvent rattaché à des entreprises locales et historiques ex: LU à Nantes. Ce qui lutterait contre l'anonymisation de la ville dû au phénomène de metropolisation. Cela pourrait lutter contre l'aspect rigide et sombre que dégage les architectures simplistes des nouveaux immeubles.

Soyons cohérent

N°81

|

Proposée par Oliviet

|

Le mercredi 1 septembre 2021 à 19h23

Je rejoins d'autres contributeurs : nous ne pouvons plus , à l'heure actuelle, prôner la consommation. Les élus de rennes métropole semblent être dans cette démarche (plantation d'arbres, défense des petits commerces, plan d'urgence climatique...) donc , mesdames, messieurs les élus soyez cohérents avec vos politiques. Malheureusement entre economie et écologie il faut actuellement choisir, tant que les modèles ne seront pas réinventés. Les citoyen(nes) sont déjà surstimulés , il serait bon d'éviter un stimuli supplémentaire.

Remarques concernant le projet RLPi de Rennes Métropole

N°80

|

Proposée par Mr GADAUD Bernard Président de l'Association Route du Meuble, des Loisirs et du Cadre de Vie

|

Le samedi 28 août 2021 à 09h49

Ce projet de RLPi à été évoqué en Bureau de l’association.

Et voici ce qui a été relevé par nos adhérents :

1° Réduction du nombre de supports dans les zones commerciales : nos adhérents préfèrent que le nombre et les surfaces de supports de publicité soient réduits mais que les enseignes et pré-enseignes soient plutôt maintenues.

2° avis général du bureau : les participants ne comprennent pas le distinguo entre les zones commerciales urbaines de + 10 000 hab et - 10 000 hab qui aura pour conséquence sur notre axe commercial que les commerces du nord n'auront pas les mêmes possibilités d'enseignes et de publicité que les commerces du sud de la RDM.

Mais OK pour que les panneaux publicitaires 12 m² soient ramenés à 8 m².
OK également pour supprimer les doubles dispositifs publicitaires et définir un linéaire minimum entre tous les dispositifs publicitaires scellés au sol et sur clôture réunis.

OK pour limiter l'intensité lumineuse la nuit pour les enseignes et publicités.

OK pour autoriser 1 seule enseigne scellée au sol en bord de voie publique à l'alignement du commerce et d'un format unique max 6 m²
et imposer un recul de 3 m minimum du bord de la voie publique. ( plutôt de forme Totem ou Flamme pour limiter l'effet barrière visuelle)

Limiter les enseignes particulières scellées au sol type drapeaux flamme bordant les constructions à 3 dispositifs maximum .

OK pour la limitation des surfaces des enseignes comme proposé mais interdire toutes les enseignes sur clôtures

Interdire les enseignes temporaires de + 3mois : Travaux, opération immobilière, construction, Location, et
encadrer les enseignes de - 3 mois et en limiter la taille pour en réduire l'impact visuel maximum 8m² (comme les panneaux publicitaires).

Pour les agglomérations : si la réduction des supports de publicité est une volonté de la collectivité, le maintien du nombre voire le développement de mobiliers urbains ne nous choquerait pas au détriment des panneaux 4x3 même réduits à 8 m² sur domaine privé.